Include Me out

By nicar — octobre 29, 2013

C’est la première exposition monographique de l’artiste Renaud Auguste-Dormeuil dans un musée français et c’est au Musée d’art contemporain du Val de Marne !

L’artiste connu surtout pour ses travaux sur les obsessions sécuritaires des systèmes d’information et de surveillance qu’il a réalisé dans les années 90, revient cette fois avec quelque chose de plus poétique. Il s’interroge cette fois sur la problématique du Temps, le temps qui passe, qui nous traverse, qui nous définit à un instant, qui possède une élasticité et qu’il est impossible d’attraper ou de posséder !

L’exposition, constituée comme une impasse, permet au spectateur de la découvrir en faisant un aller-retour dans l’œuvre de Renaud Auguste-Dormeuil, comme si le temps défilait puis remontait pour revenir au point de départ. Le point de départ d’ailleurs, inspiré d’un rituel proposé dans les temples japonais, invite le spectateur à écrire une peine, une crainte, un secret dont il souhaite se débarrasser, dans une mise en scène laissant la personne seule face à ses propres tourments, puis de le jeter dans un seau pour le voir se dissoudre dans les révélations d’inconnus qui l’ont précédé. Une manière de se « laver » de ces petites choses inavouables, ou une mise en commun de notre côté sombre avec celui d’étrangers, question de point de vue.

Renaud Auguste-Dormeuil au MAC/VAL

C’était ma première visite au MAC-VAL, je dois bien reconnaitre que j’ai été très impressionné par les volumes proposés aux artistes ainsi que par la liberté de disposition / scénographie qui est offerte. Renaud Auguste-Dormeuil a clairement joué de ces volumes, au centre de la pièce une œuvre massive éponyme de l’exposition porte le sous-titre « Et moi où suis-je alors quand tu dis que tu m’aimes ? ». La pièce est pour le moins impressionnante, reproduction en résine d’une tranche de séquoia de 15 mètres de diamètres sur 2,20 mètres de hauteur, et elle ne laisse pas le spectateur indifférent tout au long de l’exposition, on ne peut s’empêcher de contempler cette énorme masse noire, de près comme de loin, de tourner autour ou de rester fixement ancré sur l’un des bancs qui l’entourent. Cette masse noire agit comme un « trou noir » dans le temps, le spectateur ne saura jamais ce qui se passe de l’autre côté au même instant. Une réflexion aussi simple qu’impressionnante.

Renaud Auguste-Dormeuil au MAC/VAL

La série Blackout est également présentée, débutée en 2009, elle présente le skyline de 7 grandes métropoles (projet en cours, amené à évoluer) de manière assez originale. Depuis des pièces en hauteur dans des immeubles, souvent des hôtels, Renaud Auguste-Dormeuil observe le paysage urbain de nuit et recouvre de gommettes noires chaque source lumineuse qu’il aperçoit à travers la baie vitrée. Quand le jour réapparait, il prend en photo une sorte de « négatif ». D’une grande minutie, le travail effectué est impressionnant, lorsque l’on s’approche on découvre les formes de chaque gommette, les images sont alors complétement abstraites, lorsque l’on s’éloigne chaque skyline prend forme et la magie opère !

PresseBlackoutMontreal

Une installation présente également une certaine idée ou représentation du temps pour Renaud Auguste-Dormeuil, elle est constituée de 4 écrans similaires qui diffusent en canon le même épisode de Mickey Mouse, l’épisode nommé « Mickey’s Gala Premier » est historiquement le dernier programme de divertissement diffusé par la BBC avant l’annonce de l’entrée en guerre de l’Angleterre en 1939. Durant le temps de guerre, la BBC avait arrêté la diffusion de divertissements télévisuels. D’après la légende l’épisode aurait été interrompu brutalement afin de laisser place à l’information. Lors de l’annonce de la fin de la guerre le 7 juin 1946, l’épisode aurait repris, à l’image près, sept ans plus tard.

Renaud Auguste-Dormeuil au MAC/VAL

Dans une salle un peu à part, Renaud Auguste-Dormeuil présente une œuvre de 2006, nommée « écriture nocturne » en référence au nom premier du braille. Les murs sont recouverts de différentes feuilles contenant du code en braille, laissant place certains jours à une personne malvoyante pour lire ce que les murs « racontent » lors de performances. Le reste du temps, une voix nous conte les textes : on peut alors découvrir le nom de nombreuses opérations militaires de grande envergure du XXème siècle, un clin d’œil à l’utilité première de ce code alphabétique et une manière d’offrir aux spectateurs une image « d’absence d’image » de guerre. Cela met en exergue la non-documentation subite ou voulu de certaines actions militaires, problématique encore d’actualité…

D’autres pièces plus représentatives des travaux de Renaud Auguste-Dormeuil sont également présentées, un bon moyen de découvrir les origines des travaux de ce plasticien si on ne le connait pas.

« include me out », le nom de l’exposition est issue d’une réplique de Fritz Lang dans « Le Mépris » de Jean-Luc Godard, une manière pour l’artiste de montrer que malgré sa présence, son témoignage, ce qu’il voit ou entend, il ne cautionne pas pour autant cet « univers » dans lequel il évolue. Il dit d’ailleurs que ce n’est pas parce qu’il vit dans cette société qu’il y adhère, une fois encore, Renaud Auguste-Dormeuil induit un décalage avec le temps présent.

Le MAC VAL présente également en parallèle plusieurs pièces des saisons croisées France/ Afrique du Sud dont nous vous reparlerons très bientôt !

Informations pratiques

MAC/VAL – musée d’art contemporain du Val-de-Marne

Place de la Libération

94400 Vitry-sur-Seine

Du mardi au vendredi de 10 h à 18 h

Du samedi au dimanche de 12 h à 19 h

Fermé le lundi, les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. Clôture des caisses 30 minutes avant la fermeture.

Tarif plein : 5 €

Tarif réduit : 2.5 € (groupes de + de 10 personnes, enseignants, seniors de plus de 65 ans).

Accès

(À 10 minutes de Paris)

En voiture :

Depuis le périphérique, prendre la porte de Choisy (sortie porte d’Italie ou porte d’Ivry), prendre la D5 (anciennement N 305) jusqu’à la place de la Libération à Vitry-sur-Seine (sculpture de Jean Dubuffet Chaufferie avec cheminée).

Accès du parking gratuit du musée : rue Henri de Vilmorin.

En métro et RER :

Ligne 7 direction Mairie d’Ivry ou Tramway T3 arrêt Porte de Choisy. Puis bus 183 direction Orly Terminal Sud, arrêt musée MAC/VAL.

Ligne 7 direction Villejuif / Louis Aragon, arrêt terminus. Puis bus 180 direction Charenton-Écoles ou bus 172 direction Créteil-Échat. Arrêt Musée MAC/VAL.

Ligne 8 direction Créteil-Préfecture, arrêt Liberté. Puis bus 180 direction Villejuif/Louis Aragon, arrêt musée MAC/VAL.

RER C : Gare de Vitry-sur-Seine. Puis bus 180 direction Villejuif-Louis Aragon. Arrêt Musée MAC/VAL.

RER D : Gare de Maisons-Alfort – Alfortville. Puis bus 172 direction Bourg-la-Reine RER. Arrêt Henri de Vilmorin.

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif