Esprits de corps

By nicar — septembre 24, 2013

Dans le cadre de photo quai 2013, la maison de l’Amérique latine reçoit l’exposition de la photographe cubaine Marta Maria Perez Bravo. Comme à son habitude, l’artiste met en scène son corps dans des tableaux largement inspiré de pratiques religieuse, notamment la Santeria cubaine.

Actrice et réalisatrice de son œuvre, l’utilisation de son propre corps comme élément principal de ses images semble une évidence, le résultat s’approche d’une certaine matérialisation de la spiritualité de l’artiste. Les tirages de très grande qualité participent à la magie qui opère dans l’exposition ! Notamment la gigantesque photo « Cuanto Encontró Para Vencer » qui est superbe, elle m’a personnellement laissé sans voix !

4-MMPB_MAL_2013Série Travesia I, Marta Maria Perez Bravo, 2011

L’artiste pose de nombreuses questions sur l’identité comme dans la série « No son mios » ou elle a superposé à son visage des portraits de noirs accusés de pratiques rituelles et condamnés au début du 20e siècle. Les restes de l’esclavagisme font de cuba une île à la mixité très importante, de nombreuses religions y sont pratiquées, certains de ces cultes ont été réprimés. Cette série met en avant des questions sur le racisme et la stigmatisation de personnes en fonction de leurs croyances religieuses. L’artiste qui entretient des relations avec de nombreuses personnes pratiquant différents cultes, s’inspire clairement de la richesse de ses échanges, créant un parallélisme entre expression spirituelle et expression artistique.

3-MMPB_MAL_2013Série Travesia IV, Marta Maria Perez Bravo, 2011

Au-delà du domaine de prédilection que représente la photographie dans l’œuvre de Marta Maria Perez Bravo, l’artiste présente également des vidéos dont la réalisation est impeccable. Nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir notamment la vidéo « un secreto » qui est pleine de poésie.

7-MMPB_MAL_2013Série Si van a un cielo IV, Marta Maria Perez Bravo, 2011

Déjà présente dans une série de photo intitulée « un camino oscuro » (un chemin obscur), l’idée de l’au-delà, de spiritisme est reprise dans plusieurs vidéos. A l’inverse des photographies qui laissent une grande place aux blancs, notamment sur les contours, conservant la vision du spectateur en son centre, les vidéos ont pour seule lumière la lueur de bougies, permettant de découvrir l’environnement dans lequel le sujet ère. La dominance de ton noir directement en opposition avec le blanc éclatant des photographies renvoie le spectateur aux pratiques rituelles occultes, « un camino oscuro » nous impose une réflexion sur notre destin funeste, sur notre propre traversée de ce chemin obscur, comme une fatalité !

Si vous visitez l’exposition avant le 30 octobre, profitez de votre visite pour découvrir également l’œuvre « Perspectiva Asturiana » réalisée in situ par Martin Reyna au sein de la salle « Asturias ». L’artiste a utilisé son sujet de prédilection (l’eau) au service de la peinture pour donner une perspective impressionnante à la pièce, à découvrir ! A noter également que Martin Reyna réalisera en direct une peinture sur les murs de cette même salle le Jeudi 17 octobre à 19h. La performance sera ouverte au public.

INFORMATIONS PRATIQUES

19 septembre – 19 décembre 2013

Maison de l’Amérique latine

217, boulevard Saint-Germain, Paris VII

du lundi au vendredi de 10h à 20h

le samedi de 14h à 18h.

Gratuit

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif