Un triptik de Paname

By nicar — août 12, 2013

C’est en 2001 que le trio Black Boul’, Dabazz et Drixxxé sort son 3ème album Microphonorama. Album qui contient la track Paname, sorte de vision pleine de nuances de la capitale par des banlieusards. Tout en contradiction, tantôt critique, tantôt humoristique, à l’image de la ville qu’elle dépeint, la chanson donne une vision assez réaliste de Paris. En mettant le doigt surtout sur les points noirs de la capitale, en ironisant : « J’aime le bitume, les gaz d’échappement, le butane ». Toute en comparaisons, la chanson se termine sur une fatalité qui hante je pense tous les parisiens : « Mais c’est Paname, le temps passe, rien ne bouge, il reste le même. Bref rien à foutre parce que dans le fond on l’aime quand même ». Preuve en est que malgré tout, les franciliens pardonnent tout à la ville des lumières et ne résistent pas à ses charmes…

Cette version de Paname de 2001 était revêtue d’une instru assez sombre et appuyant beaucoup le côté négatif des propos de Black Boul’ et Dabazz. En 2003, une version remixée par Drixxxé met en avant le côté second degré des paroles avec une instru plus légère et mélodique. Cette version sera mise en image dans un clip tout en animation mettant visuellement la dualité des sentiments dont il est question dans les paroles.

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif