L’histoire indiscrète de la silhouette revue et corrigée par les arts décoratifs.

By nicar — juillet 30, 2013

Depuis le 5 juillet et jusqu’au 24 novembre, les arts décoratifs vous proposent de redécouvrir les dessous de l’évolution des silhouettes. Retraçant l’histoire des dessous aussi bien masculins que féminins du 14° siècle à nos jours, l’exposition explore le sujet de manière très large, on découvre de fait des pièces très étonnantes que l’on voit rarement, mais aussi le fonctionnement de ces dessous et l’origine de leurs formes qu’on reconnait souvent dans les représentations de scènes d’époque.

2Faux-cul dit « strapontin », 1887, Paris, Les Arts Décoratifs, collection UFAC © Patricia Canino

Du classique corset à l’encore actuel soutien-gorge en passant par l’étonnante ceinture pour homme, le nombre de pièces est clairement le point fort de l’exposition. Chaque salle présente une époque précise, définissant la silhouette significative et reconnaissable de son temps. La mise en scène est très intéressante avec l’automatisation de certains systèmes permettant de comprendre leur fonctionnement. On regrettera seulement l’étiquetage des pièces qui se situe sur des vitres rendant la lecture souvent difficile ainsi que le manque de fléchage qui perd parfois le visiteur dans les époques.

23

Publicité pour Wonderbra, 1994, Agence TBWA, Paris, Les Arts Décoratifs, collection Publicité, don CB News TV/Culture Pub, 2002 © Paris, Les Arts Décoratifs

Si ce n’est ces deux petits désagréments, l’exposition est un sans-faute ! Les petites activités annexes sont très bien mises en place. La possibilité d’essayer des reproductions de chaque type de pièces présentes dans l’exposition est très ludique et aide le visiteur à s’imaginer les contraintes des tenues de l’époque.

1 Panier à coudes articulé, vers 1770, et corps à baleines, vers 1740-1760, Paris, Les Arts Décoratifs, collection Mode et Textile et dépôt du musée de Cluny © Patricia Canino

Un ensemble de passages de films est diffusé dans une petite pièce, présentant les différents dessous que l’on peut apercevoir dans bon nombre d’œuvres du 7ème art. Le choix est très bien réalisé, reprenant des scènes cultes tantôt classiques tantôt comiques ! On aime le soin apporté aux détails, en effet la forme des tabourets rappelle les paniers « faux-cul » présentés dans l’exposition.

16Robe de cour, vers 1760 Lyon, musée des Tissus, achat, 1913 © Lyon, musée des Tissus, photo Pierre Verrier

Puisque d’après Thucydide : « L’histoire est un perpétuel recommencement.», que la mode soit une passion ou que vous soyez un simple curieux, cette exposition saura vous séduire. Dans la dernière salle, des créations contemporaines rendent hommage aux différents accessoires présentés dans l’exposition, elles vous confirmeront son côté actuel si vous en doutiez encore!

boegly63© photo Luc Boegly

Informations pratiques :

La mécanique des dessous

Musées des arts décoratifs

 107, rue de Rivoli

75001 Paris

Téléphone : +33 01 44 55 57 50

Métro : Palais-Royal, Pyramides, Tuileries

Ouverts du mardi au dimanche de 11 h à 18 h (Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h : Seules les expositions temporaires et la galerie des bijoux sont ouvertes)

entrée plein tarif :  9,50 €

entrée tarif réduit :  8 €

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif