Interview de Doze Green

By nicar — juillet 26, 2013

Il y a quelques semaines, la galerie Openspace nous a offert la chance de rencontrer le dernier protagoniste de leur cycle d’expositions sur le graffuturism : Doze Green. Artiste qui n’a plus rien à prouver, alter mondialiste engagé, nous sommes très heureux et fiers d’avoir pu rencontrer cet artiste et de pouvoir vous faire découvrir un peu mieux sa vision des choses !

Culturizme :  Quelles sont tes principales inspirations ? Les thèmes que tu aimes aborder ?

Doze Green : C’est une ample question, cela dépend beaucoup du moment, de l’art en lui-même… la mythologie, les contes, les dieux, les dieux créateurs. J’utilise un format classique transposé dans l’Amérique contemporaine… Pour être honnête, cela dépend vraiment de l’inspiration et des sujets.

_NCN2015

Culturizme :  Beaucoup de toiles de l’exposition sont constituées de formes humaines, c’est aussi un thème que tu aimes ? Un motif que tu utilises ?

Doze Green : Oui, les compositions figuratives faites à partir de formes humaines sont en fait une extension des lettres. Les personnages que je représente sont disposés de manière à recréer les contours de différentes lettres avec tous les corps ou l’assemblage de plusieurs personnages, on y retrouve l’aspect graphique du graffiti.

Culturizme :  Il y a deux styles bien distincts dans « New Works », l’un linéaire et l’autre plus cubique, peux-tu nous expliquer les raisons de cette différence ? Quel est l’événement qui a provoqué ce changement ?

Doze Green : Je crois que j’essaye d’explorer les frontières de l’expression, j’ai utilisé les lignes pendant très longtemps, les gens voyaient ça comme ma signature, c’était devenu facile pour moi d’utiliser ce style, et c’était reconnaissable. Puis, j’ai eu besoin d’avancer. À force de travailler ce style, j’ai simplement réalisé mes lignes, puis je les ai épaissies, ce qui a donné au résultat final un côté très religieux comme les vitraux d’une église. Mais mon style reste à base de lignes statiques comme toujours.

_NCN2018

Culturizme :  Tu as quitté New York il y a de nombreuses années, peux-tu nous expliquer pourquoi ? Quelles sont tes nouvelles conditions de vie ?

Doze Green : Il y a environ dix ans, j’ai quitté New York pour m’installer à San Francisco, j’ai découvert la permaculture (culture permanente), c’est une façon de cultiver dont les origines se trouvent au Japon qui a ensuite été développée par deux australiens. J’ai quelques amis qui font partie d’un groupe de personnes au Costa Rica qui ont lancé un projet de reforestation, j’ai participé en replantant toutes sortes d’arbres dans la forêt. Il y a deux ans, j’ai eu l’opportunité d’acheter des terres donc j’ai acheté un terrain, ou je me suis installé et je n’ai rien construit dessus, j’ai juste « construit le sol ». J’ai appris les techniques de la permaculture, j’ai même un certificat, ce qui m’a appris à créer et entretenir une ferme biologique. Utiliser le sol et les microsystèmes,  regarder la nature se dessiner c’est ma deuxième raison d’être, quand j’ai découvert cela, j’ai quitté la vie citadine pour me consacrer à cette vie campagnarde. La culture hip-hop, les B-Boy, j’ai donné, à mon âge, je n’ai plus envie de cela, je continue de créer, dans un cadre qui me convient. J’avais envie de contribuer plus que prendre et prendre encore comme on le fait souvent. J’en avais aussi marre d’entendre les gens se plaindre de l’état du monde sans jamais agir pour changer les choses. J’ai donc décidé d’agir. Je voulais montrer qu’il était possible de faire, je me suis écouté et je me suis libéré du consumérisme. Je fais moi-même mes cultures, mes vêtements, je voulais être un exemple pour mes amis qui sont restés en ville. Mon lien étroit avec la nature se voit dans mes couleurs.

Culturizme :  Ce mode de vie a-t-il une influence sur ton travail ?

Doze Green : Oui, totalement, la nature est le meilleur professeur ! Voir les animaux, regarder les plantes pousser, la géométrie de la nature prendre forme, la double ellipse de l’adn, ce sont des choses que je trouve dingue, tout cela m’inspire, c’est comme l’univers ! Je vois la corrélation entre le paradis, la Terre, le microcosme et le macrocosme et quelque part au milieu de tout ça, j’ai trouvé ma place ! Sérieusement, c’est vrai, aujourd’hui, je sais où je suis !

_NCN2016

Culturizme :  Quels sont les artistes que tu apprécies ? Avec lesquels tu aimerais éventuellement collaborer ?

Doze Green : Il y a beaucoup d’artistes que j’apprécie, avec qui collaborer, il n’y en a pas tant que ça car j’ai longtemps travaillé avec un crew, le Rocksteady Crew à New York, on a été le premier crew de street art ! On était 30, on a fait de nombreux murs a NY et à travers le monde, on était encore très actif au début des années 2000, on collaborait tous ensemble. Aujourd’hui, j’aime travailler seul, c’est un temps d’introspection, l’heure de me redéfinir, mais dans le futur, je ferais de nouvelles collaborations bien sûr !

Culturizme :  Tu peux nous parler de tes futurs travaux ? Sur quoi tu travailles maintenant ?

Doze Green : Mon prochain challenge, ce serait de transcrire ce style en 3 dimensions. Je fais aussi de la sculpture, je pense que ça pourrait être une avancée vraiment intéressante… J’ai une vision très précise de ce que je veux faire, il faut juste que je trouve un moyen de la réaliser et que je trouve le medium parfait ! Pas de pierre, du plastique peut être… ou du bois, j’adore le bois ! Il faut que je fasse des essais et que je joue avec différents mediums, mais j’y travaille encore !

_NCN2019

Culturizme :  Comment tu vois ton futur personnel ?

Doze Green : Devenir auto suffisant est un objectif, mais surtout peindre, peindre encore et partager, apprendre aux autres à auto-subvenir à leurs besoins. Enfin continuer d’apprendre de nouvelles choses, travailler de nouveaux mediums…

Juste avant l’interview, une petite fille d’environ 8 ans a demandé à Doze Green ou est ce qu’il avait vu ce qu’il avait peint… Il lui a répondu : « Dans ma tête et surtout dans mon cœur », c’est la réflexion qui je pense, représente le mieux l’artiste, celle qui met en avant sa générosité !

Vous pouvez toujours découvrir l’exposition de Doze Green « New Works » à la galerie OpenSpace. Dépêchez-vous, ce n’est que jusqu’au 31 juillet !

Informations pratiques :

Galerie Openspace

56, rue Alexandre Dumas

75011 Paris

Métro : Alexandre Dumas (L2) – Rue des Boulets (L9)

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 14h00 à 20h00 et sur rendez-vous

www.openspace-paris.fr

https://www.facebook.com/Openspaceparis

09 80 66 63 94 – contact@openspace-paris.fr

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif