Lettre à Evan P.

By k — mars 19, 2013

Cher Evan,

I feel like a monster. Je viens de finir la saison deux d’American Horror Story. Du coup je ne sais plus trop si quand je regarde sous mon plumard avant d’aller me coucher c’est parce que j’ai la frousse ou parce que j’espère t’y trouver. Tate Langdon. Aïe aïe aïe. Je suis un peu croque -mort- love. Mon côté adolescente attardée j’imagine. J’avoue, des obsessions j’en ai toutes les cinq minutes. D’ailleurs j’ai un copain qui m’a dit y a pas longtemps que j’étais une « tarée de névrosée » ou un truc dans le genre. Ouaip. En ce qui nous concerne ça voudrait dire qu’on matcherait plutôt pas mal, donc, finalement, ça m’arrangerait presque. C’est fou ce qu’on peut s’accommoder des pires trucs, pas vrai ?

Je ne vais pas te mentir, c’est quand même un peu ta gueule d’ange déchu qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin de la deuxième saison. Ça et le fait que tu fricotes avec des soucoupes volantes sous le ptit nom de Kit. J’aime bien les gens avec des noms en K.

Ça m’inspire.

Oui parce que le pitch n’est pas le meilleur du siècle non plus hein. Pourtant moi j’adore les histoires qui font peur. Je suis super calée dans la section horreur du vidéo club mais là Murphy et Falchuk se sont un peu enflammés. Ça marche bien dans la première partie (prix du meilleur générique et de la maison la plus tip top de LA by the way) donc gardons celle-ci en mémoire et espérons que ton come back dans la Nouvelle Orléans ensorcelée nous fera autant jouir que tes délires de jeune psychopathe « I’m dead & super hot chocolate banana ». En même temps la Louisiane c’est tellement cool qu’à priori vous ne pouvez pas vous planter, sans mauvais jeux de mots. USA made in Europe.

D’ailleurs, comment s’est passé ton séjour parisien last week ? Le square Concorde, le défilé H&M au bras d’Emma (tu le croiras ou non, c’est mon deuxième prénom) dans les galeries marbrées du musée Rodin ? J’espère que tu t’es attardé, entre deux coupes de champagne, sur Fugit Amor, « l’errance sans fin des couples liés par un Amour interdit », dixit Dante dans le deuxième cercle de l’Enfer. Ring a bell ?

Pendant que tu affichais ta mine de beau gosse à tous les coins de rue, je faisais de la luge en Suède pour éviter de commettre un meurtre sordide. C’est que tu déteins sur moi en fait.

À mon retour, j’ai foirfouillé sur la toile pour trouver la date mystère de la saison trois et je suis tombée, entre tes pics instagram de vernis à ongle doré et ton apparente passion pour les pizza king size, sur ton portrait par Tyler Shields. C’est à peu près tout ce que j’apprécie du dit californien mais sérieux, cette vidéo est absolument hilarante. Le nœud pap’ c’est une idée à toi ? C’est brillant.

Ça m’a presque donné envie de me mettre « au synthétique ». En même temps, si tu voyais mon lit, tu comprendrais que, quelque part, j’y suis déjà à balle, entre mes douze ours en peluche et mon lapin Disney made in China.

D’ailleurs, elle est née où Betsy ? Tu me la prêtes ? Allezzzzzzzz !

Next time, call me maybe, je t’emmènerai au Bar sans nom, fin fond de la rue de Lappe : cosy, warmy, fairy lights on et même que Françoise elle nous ramènera des cacahuètes. No worries, je pallierai à tes carences peanut butter.

D’ici là, et comme chantaient les soeurs Patience & Prudence back in the 50’s :

« I knoooow you belon-on-on-on-ong to sooooomebody neeeeew but toniiiiiite, you belon-ong to meeeeeeee »

1120 Westchester Place, LA. I’ll be in the basement, hills & make-up on.

K

PS : ramène Bets

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur


Fnac_expos_120.gif