ARRRGH! Monstres de mode à la Gaîté Lyrique

By Clémence Mayolle — février 22, 2013

« Dans la Grèce Antique, le mot monstre désignait une chose étrange et surtout inexplicable », rappellent les deux commissaires de l’exposition ARRRGH!

En effet, le soir du vernissage, le 12 février dernier, l’étrange et l’inexplicable régnaient à la Gaîté Lyrique, les monstres de mode étaient partout, oeuvres et visiteurs confondus. Jupe droite, bottes classiques, lunettes papillon, je dénotais par la banalité de ma tenue, j’étais l’étrange et les freaks présents ne devaient pas s’expliquer ma simplicité.

Visible du 23 février au 7 avril l’exposition rassemble les personnages contemporains issus du « character design », devenus créatures de mode, toutes gênantes, pop et séduisantes. J’ai trouvé à la Gaîté des œuvres, textiles pour la plupart, se revêtant, le plus souvent.

Alexander McQueen, Graig Green, Kim Traeger, parmi les 50 créateurs invités par le collectif ATOPOS, trois m’ont réellement marquée. Le japonais Hideki Seo et ses corps débridés, aux proportions et formes transformées par le vêtement, terrain de jeu du tissus et autres matières connues. Ses créations, incroyablement osées, ne choquent, ni ne bouleversent, plutôt c’est l’évidence de la ligne et de la couleur qui frappe ici.

C’est pour une seule œuvre qu’il vaut la peine de se rendre à l’exposition ARRRGH!, l’installation d’un collectif qui bénéficie pour elle seule d’une des trois salles de l’exposition.
Lorsque je passe la porte de l’installation, je suis plongée dans le noir, un noir profond, j’entends du mouvement, du grabuge: je ne suis pas seule. Puis la musique, un son vif, précis, une acoustique englobante. Des images, je suis dans un immense cube où est projetée sur les quatre murs une vidéo. Le tout se fait à 360°, c’est très impressionnant. Des monstres grimpent le long des parois, j’entends leurs griffes contre le grillage. Un homme plonge la tête dans le latex, un bruit de plastique contre sa peau.
Dans cette salle, le monstre, le différent, celui qui a une autre identité est questionné. Est-ce nous? Moi, spectatrice? Ou lui, personnage filmé? Les rôles sont inversés et la fascination naît.

Et vous l’avez deviné…La semaine dernière au vernissage de l’exposition, les spectateurs étaient la troisième œuvre à admirer.

De tout temps, par coquetterie, esthétisme ou convention, nous nous sommes parés d’objets transformant notre corps. Hipsters, lolitas, BCBG, skaters, gothiques, modeux, clubber… A tous je recommande cette exposition. Elle permet la réflexion sur l’autre, l’inconnu, le bizarre et le monstre.

 

Exposition ARRRGH! MONSTRES DE MODE à la Gaîté Lyrique du 13 février au 7 avril.

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

Fnac_expos_120.gif