Un éloge de la critique

By Monsieur Croque — février 21, 2013

Il y a à la base une émission, sûrement la plus célèbre, la plus érudite et certainement la plus élitiste de toutes les émissions critiques à la radio, je veux bien sûr parler du Masque et la Plume. Une émission qui m’a accompagnée pendant toute ma jeunesse et qui a véritablement forgé ma vision de ce qu’est le cinéma ainsi que ses enjeux. L’idée dans cette pièce est donc de rendre théâtral les échanges entre Jean-Louis Bory et Georges Charensol, célèbres chroniqueurs de l’émission, ce qui à priori, n’est pas chose aisée, mais là, c’est un coup de maître !

En effet, il y a déjà ce décor, une salle de cinéma des années 70, un peu défréchie, sûrement signifiant la fin d’une époque où le cinéma était encore un enjeux, un endroit où on réinventait et questionnait véritablement la société. On peut y voir la fin d’un vent nouveau, la fin de la liberté d’expression, la fin de la nouvelle vague et surtout la victoire imminente du cinéma commercial. Car c’est bien de cela dont il question, des enjeux du cinéma, quel est censé être son rôle au sein de notre société !? Est-il censé être un divertissement de masse, comme dans le Corniaud, est-il censé inventer de nouveaux moyens d’expression comme dans la plus part des films de Godard, est-il censé nous choquer et nous mettre face à nos excédents qui causeront notre perte comme dans la Grande Bouffe ou est-il là simplement pour éveiller nos sens et nos bas instincts comme dans Histoire d’O !? C’est toutes ces questions qui sont évoquées au travers des échanges des deux critiques autour d’une quinzaine de films années 70.

Mais ce qu’il y a de plus surprenant encore dans cette pièce, c’est la mise en scène absolument magistrale et très créative de François Morel, pleine d’humour et de clins d’œil au cinéma, qui permet au spectateur de respirer face à l’exigence du discours des deux critiques. Et puis il y a surtout deux acteurs, Olivier Broche et Olivier Saladin, tous deux issus des Deschiens également, qui sont absolument formidables. Il est d’ailleurs assez incroyable de penser que ce sont des acteurs tous issus des Deschiens qui ont réussi a créer un spectacle d’une telle exigence intellectuelle et artistique, même si il y avait certes déjà une forme de critique de la société très intelligente dans leur sketchs. Bref, si vous aimez vous déchirer avec vos amis autour d’un film et que vous demander à quoi peut bien servir le 7° art, courrez-y, très vite !!!

Infos pratiques :

Instants Critiques

Jusqu’au 02 mars puis du 02 au 14 avril 2013

Du mardi au samedi à 21h et matinée le samedi à 16h

Théâtre de la Pépinière

7 rue Louis Le Grand – 75002 Paris

http://www.theatrelapepiniere.com/Instants-Critiques.php

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

Fnac_expos_120.gif