Le Pam Pa Nam du « Roi sans carrosse »

By Mazza — février 19, 2013

Celui qu’on surnomme le « Black Jacques Brel » de par son amour pour la langue Française, l’ovni du rap a de nouveau frappé fort, avec son sixième album, « Roi sans carrosse ».
Fraîchement récompensé aux Victoires de la musique dans la catégorie « Album de Musiques Urbaines », Oxmo Puccino continue de s’imposer grâce à ses métaphores singulières, ses rythmes syncopés, la variété des histoires qu’il nous raconte, somme toute, une écriture très technique. Loin du rap agressif, des mélodies surfaites, et des imbroglios de mots inutiles, Oxmo Puccino livre sa vision de la société actuelle, vacillant entre humour et moqueries (« Les gens du 72″), lamentations et simple réalité (« Le vide en soi ») ou encore ballade poétique dans les rues de Paris  (« Pam Pa Nam »).

Dans Pam Pa nam, Paris, « L’île sans mer », est personnifié et devient une sorte de monstre de béton flippant mais tout de même sympa. A la fois impersonnelle et violente, belle et chaleureuse, la capitale Française est mise à l’honneur. Le rappeur montre son attachement à cette ville, cette ambivalence que l’on peut résumer par un « Paris m’étouffe mais dès que je le quitte, Paris me manque » et qu’il illustre par le propos suivant :

« Nous dès qu’on veut profiter d’elle un peu  la vie se complique, Courir sans la forme olympique vous trace le regard oblique, Je démontre un escargot à la coquille dure à pénétrer, mais le monstre est beau, à chaque retour, vous reconnaitrez… Pam Pam Pa nam »

La structure mélodique à trois temps, ce qui donne donc une valse (chose assez rare dans le rap), rappelle le rythme de vie parisien effréné, la course du métro, décrit comme un « mille patte métallique ». Puis au dernier couplet, les percussions se stoppent, la musique prend le pas sur le rythme, les cordes  entament un solo mélancolique, la capitale au printemps redevient accueillante et chaleureuse:

« Les quais sont florissants, inondés de coulées vertes, Chaque rencontre se change en amicale découverte, Agrippés aux ailes des bateaux mouches, Dans les parcs on pique-nique en chantant… Pam Pam Pa Nam »

Oxmo Puccino, le maître des prosopopées, des allégories, enchaînent les figures de styles (d)étonnantes agrémentées de mélodies jouées au clavier, à la guitare et des rythmes du Djembé.
Loin des pseudos clashs des rap gamers et du star System  Oxmo Puccino reste incontestablement une figure emblématique et incontournable de la musique urbaine Française.

« Pam Pa Nam », extrait de l’album Roi sans carrosse(Cinq 7 / Wagram), 2012, Prix Fnac: 14,99€

 

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur


Fnac_expos_120.gif