Paris dans la littérature contemporaine: Une ville désenchantée ? Suite et fin

By RT — février 13, 2013

Paris chez Jérôme Ferrari

Comment faire de Paris un endroit primordial dans un livre où l’action se situe en Corse en en Algérie ?

Le sermon sur la chute de Rome, roman paru en 2012 et vainqueur surprise du Goncourt, étonne par son écriture fleuve et captivante. L’auteur narre les histoires et les vies de plusieurs personnages, tiraillés entre un bonheur irréaliste et destructeur et une privation elle aussi castratrice.

Si tout part du sermon de Saint-Augustin en 410, à l’heure où Rome s’écroule, ce roman est résolument moderne, il met en scène les vicissitudes de la vie contemporaine.

Paris est la ville qui semble emprisonner les personnages loin de leur territoire, loin de ceux qu’ils aiment. Mathieu, l’un des personnages centraux de l’oeuvre se languit à l’idée de quitter la capitale pour rejoindre la Corse. La ville est aussi un endroit où l’on meurt, un endroit où la figure paternelle s’éteint ( le père de Mathieu, malade, meurt dans une clinique parisienne ) et l’où ne veut pas retourner, quitter Paris, c’est quitter la mort, c’est quitter la réalité et son lot de malheurs.

Mais Paris n’est pas qu’un vaste ensemble froid et inhospitalier, c’est aussi à Paris que l’on étudie, c’est à la Sorbonne que les deux jeunes protagonistes vont étudier la philosophie. L’ère urbaine est donc un endroit de savoir, cet endroit de culture où l’on apprend ( mais ce que l’on y apprend sert-il seulement à quelque chose ? N’est-il pas plus sage de vaquer à des occupations plus terre à terre en Corse ou ailleurs ? )

La place de Paris dans cette oeuvre est intéressante car ambiguë, loin des écrits manichéens de certains, Jérôme Ferrari décrit une ville que l’on veut fuir mais qui nous rattrape pour mieux nous protéger.

http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/le-sermon-sur-la-chute-de-rome

Paris chez Michel Houellebecq

Admiré ou détesté, médiatisé voire surmédiatisé, Houellebecq est certainement l’un des écrivains qui a fait couler le plus d’encre lors de ces 10 dernières années. Pour le vainqueur du Goncourt 2010, Paris occupe une place particulière. Si au fil de son oeuvre se dessine une France ultra-libérale où la compétition est le maître mot, la ville de Paris cristallise les maux de la société.

Paris, ville qu’il (a) abhorre/(é), va pourtant le couronner roi en 2010 pour son La carte et le territoire.

Ici, la ville est un endroit sans âme, comme aseptisé. Si l’ère urbaine était lutte en 1994 dans Extension du domaine de la lutte, elle est ici vaincue, vaincue par un conformisme qui semble la destituer de ce qui la rendait vivante. Paris est ici une ville musée, pour touristes et galeristes pompeux.

Les détracteurs de l’écrivain lui reprocheront un style aussi froid que la ville qu’il dépeint, ses admirateurs s’enthousiasmeront pour un auteur qui questionne le cynisme de son époque, quoi qu’il en soit, Michel Houellebecq fait de Paris un sujet de débat.

http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=38870&levelCode=litterature

Violente et tendre, distante mais remplie de vie, Paris dans nombre d’oeuvres d’auteurs contemporains détonne par son ambivalence, par ses paradoxes. La ville porte en son sein toutes une série de contradictions qui font d’elle un endroit à part… Paris dans la littérature contemporaine: un ville monde pourtant bien française ?

Le sermon sur la chute de Rome, par Jérôme Ferrari, Actes Sud, 2012.

La carte et le territoire, par Michel Houellebecq, Flammarion, 2010


 

 

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur


Fnac_expos_120.gif