Paris, city of light, coup d’essai ou coup de maitre ?

By nicar — février 08, 2013

J’ai découvert il y a quelques semaines, un time lapse ayant pour thème Paris et la lumière. Étant un grand fan de ce type de vidéo autant vous dire que j’étais aux anges…

Et quelle claque ! Tous les principaux lieux qui représentent Paris y sont : la Tour Eiffel, l’Arche de la Défense, Notre-Dame, le tout dans une mise en scène soignée, des plans judicieusement choisis, de très belles lumières (je reconnais que l’inverse aurait été un comble au vu du titre de la vidéo…). Bref, je vous laisse profiter de ce grand moment de time lapse !

J’ai contacté Trak,le responsable de ce petit orgasme visuel. Je voulais en savoir un peu plus, et voilà ce que le talentueux motion designer parisien m’a répondu :

Culturizme : Vous réalisez beaucoup de time lapses ou d’autres projets personnels comme celui-ci?

Trak : Paris, The city of Light est mon premier projet de cette envergure. J’ai eu mon équipement de time lapse (rail motorisé) il y a moins d’un an et demi et après quelques essais, j’ai glané des plans de Paris que j’ai immédiatement pensé à monter pour en faire un projet plus ambitieux. J’ai accumulé des plans pendant un an, soir après soir.

Culturizme : Vous faites de la photo en plus de la vidéo? Le time lapse étant avant tout un procédé photographique et les plans que vous avez pris font beaucoup penser à des compositions de photos…

Trak : Je ne fais pas vraiment de photo. Je suis designer d’animation donc travailler des images « fixes » m’ennuie assez rapidement ce qui ne m’empêche  évidemment pas d’être touché par le travail de certains photographes. Ensuite, bien sûr, la réalisation de ce projet impliquait forcément des techniques et principes photographiques classiques. Donc oui, je choisissais mes cadres à l’avance. Je me suis beaucoup promené « à blanc », sans matériel, pour répertorier des cadres, des lieux et idées. Je me suis constitué une liste de monuments et plans à réaliser comme on va au supermarché. Puis j’ai rayé petit à petit. Une fois le cadre trouvé, le lieu, il faut voir comment dynamiser, dramatiser la scène, à l’aide du déplacement de l’appareil photo sur le rail. Ce qui donne la sensation de mouvement est le premier plan, c’est un point crucial. Il a fallu aussi guetter les bonnes conditions météorologiques et parfois s’y reprendre à plusieurs fois.

Culturizme : Paris city of light coup d’essai ou coup de maitre?

Trak :  Honnêtement, coup d’essai plutôt. J’étais familier des time lapses statiques réalisés à l’aide d’un trépied et d’un intervalomètre mais l’arrivé de ce rail sur le marché a réellement ouvert de nouvelles perspectives. J’étais très curieux de voir ce que je pouvais en tirer.

Culturizme : Vous saviez ce que vous vouliez faire dès le début? Ou vous vouliez aller?

Trak :  Oui. Après quelques essais, j’ai vite vu l’aspect dramatique et surprenant de ces plans, le potentiel de ce matériel et de cette technique. Paris est un formidable terrain de jeu pour la photographie donc je me suis pris au jeu, je voulais un certain nombre de plans, certains monuments. Ce projet m’a vite obsédé. Le projet est somme toute assez « carte postale » mais je l’assume.

Culturizme : Combien de temps de travail la prise de vue, la réalisation et le montage vous ont-ils pris? Quel matériel avez-vous utilisé?

Trak :  Les prises de vues se sont étalées sur un an. Je capturais au fil de l’eau, le soir après le travail. Il y a eu des périodes plus intenses que d’autres et la météo a aussi eu son rôle là-dedans. Le traitement des images s’est lui aussi fait sur toute la période de prise de vue, je traitais les plans au fur et à mesure. Repartant parfois refaire le même plan deux ou trois si je le voulais vraiment et que je n’étais pas satisfait de mes réglages ou des conditions météorologiques. Le montage quant à lui a été très rapide, quelques jours. Ce n’est pas vraiment plus qu’une succession de plans sans réellement de narration. Côté matériel, le projet a été entièrement fait avec un Canon 7D, un objectif 18-135mm et un 16-35mm, et un rail motorisé de chez Dynamic Perception pour donner le mouvement aux compositions.

Culturizme : Quelle a été la plus grande difficulté que vous avez rencontré pendant les prises de vues?

Trak :  Les deux grosses difficultés sont les rapports de paramètres. Il faut évidemment régler au mieux son appareil pour avoir une jolie « photo » et ensuite composer avec le temps. Le déplacement de part en part de l’appareil sur le rail peut prendre un certain temps selon le réglage (jusqu’à trois ou quatre heures, voir plus), donc il faut sans cesse calculer précisément si l’on prend des sujets particuliers, par exemple des couchers/levers de soleil, des étoiles la nuit pour ne pas être en retard ou en avance sur le rail et le timing du plan que l’on désirait initialement. J’ai beaucoup travaillé avec des poses longues (parfois 10 ou 20 secondes) pour avoir des trainées de lumières des bateaux, voitures etc mais dans un environnement urbain et donc généralement très illuminé ces temps de poses « crament » vite l’image. Il a donc fallu faire des paramétrages assez subtils parfois, voir même renoncer à certains plans, impossible d’un point de vue timing/réglages. Le second écueil, c’est la météo. On s’y plie obligatoirement.

Culturizme : Vous vous attendiez à un tel engouement pour votre vidéo? Vous êtes étonné par celui-ci? Cela vous donne-t-il envie de réitérer l’expérience?

Trak :  Je suis très agréablement surpris par les retombées qu’elle occasionne. Je savais mon sujet opportuniste mais de là à déclencher autant de retours, non je ne m’y attendais pas. Et puis, j’ai vu et revu ces plans pendant un an, certains ont donc perdu de leur magie à mes yeux à force de les revoir…
Je voudrais faire un autre projet sur Paris, plus centré sur l’humain cette fois-ci. J’y réfléchis actuellement. Je suis aussi ouvert à toute proposition et réalisation.

Culturizme : Il y aura une suite à Paris city of life? Voulez-vous faire une vidéo dans une autre ville?

Trak :  Une suite non même s’il reste beaucoup de choses à faire à Paris et certains plans que j’ai gardé au placard sans les intégrer dans le montage. Je pars d’ici quelques jours faire une vidéo time lapse pour Simon Beck aux Arcs. Il dessine d’immenses formes dans la neige en marchant. Ce sera un projet moins douillet que celui sur Paris avec des températures extrêmes, c’est ce que je désirais après mes captations dans la capitale.

Culturizme : Paris vous inspire visiblement? Vous êtes parisien d’origine? Vous aimez travailler dans/avec cette ville?

Trak :  J’ai grandi en banlieue parisienne et habite à Paris depuis la fac, il y a de cela 10 ans. J’ai beaucoup déambulé, arpenté. Paris rebute et inspire tour à tour. Mais j’aime cette ville définitivement même si je suis triste de voir qu’elle se laisse doucement grignoter par les grandes enseignes au détriment des petits commerces et figures de quartiers. Je ne voudrais pas qu’elle ressemble bientôt à un modèle calqué sur toutes les grandes capitales.

Culturizme : Pensez-vous que Paris soit toujours une source d’inspiration? Vous avez montré que tout n’a pas été fait ici, vous pensez qu’il y a encore beaucoup de matière à exploiter?

Trak :  Oui les angles sont infinis. On peut raconter des histoires sur tout, absolument tout. Il suffit d’imaginer.

Nous remercions bien évidement Benjamin TRANCART (Trak) d’avoir accepté répondre à nos questions et nous lui souhaitons une bonne continuation.

site :  http://www.benjamin-trancart.com/

facebook : https://www.facebook.com/pages/Trak/136599669721660

Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif