Et paris s’éveilla

By nicar — février 04, 2013

C’est en avril 68 que Jacques Dutronc écrit le réveil de son Paris de l’époque. 45 ans plus tard Culturizme va essayer de réveiller les dessous de Paris et vous dévoiler sa culture, ses hauts lieux, sa vie, ses différents métiers et autres originalités.
Tout comme Monsieur Dutronc et son éloge du Paris la nuit, nous nous efforcerons de mettre en avant ceux qui ont fait, ceux qui font ou feront rayonner encore longtemps l’aura parisienne, ceux qui participent à la conservation de Paris, La ville la plus visité au monde.
Des confins de la Place Dauphine à la Place Rouge, nous nous efforcerons de vous faire connaitre des pointures inconnues dans leur domaine ou de vous faire redécouvrir les classiques que tout le monde connait.
Dans cette chanson, on fait le tour d’un Paris touristique et populaire, parisianiste et banlieusard. Paris à 5h peut être ressenti de différentes manières et c’est dans cet état d’esprit que Culturizme souhaite vous parler de la capitale.

Mais revenons sur l’histoire de l’une des mises en musique les plus connues de Paris.
En 1965 Jacques Lanzmann et Jacques Dutronc décident de collaborer pour écrire des chansons que Jacques Dutronc interpréterait lui-même. « Et moi et moi et moi », « Les cactus », « J’aime les filles », un style décalé, Dutronc et son air désinvolte et la cassure avec la musique de l’époque font leur succès et le duo grimpe dans les bacs.
En 1968, d’après l’histoire, ce serait chez Jacques Wolfsohn un soir de débauche à coup de Bordeaux/foie gras que Jacques Wolfsohn soumet aux deux compères l’idée d’écrire une chanson sur Paris le matin. C’est au petit matin qu’ils terminent la chanson, certains pense que Jacques Lanzmann se serait largement inspiré de la chanson de Marc Antoine Désaugiers « Tableau de Paris à 5 heures du matin » (1802)

Le solo de flûte arrivera ensuite, pendant l’enregistrement de la chanson, alors que Dutronc et Lanzmann trouvent l’instrumentalisation fade, le flutiste Roger Bourdin ajoutera sa patte avec l’air entêtant qu’on connait.
« Il est 5h » sera un grand succès au point d’être élu meilleur 45 tours francophone en 1991.

Il est dix heures Culturizme s’éveille !


Tous les articles et documents présentés sur ce site n'engagent que leurs auteurs. Ils ne reflètent pas nécessairement les vues ou les opinions des responsables du site.

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Culturizme, culturellement curieux, parisien d’adoption, photographe à mes heures perdues, gamer insatiable.

Voir tous les articles de nicar

Fnac_expos_120.gif